UNION EUROPEENNE – Zoom sur… les maisons passives

Publié le par Le blog de l'écologie positive

European Union

 

800px-Maison-passive_schema2_HQ.png

 

Le concept de « maison passive » désigne les maisons qui consomment très peu d’énergie et ne dégagent pas de chaleur : de ce fait, elles sont énergétiquement autonomes et n’ont pas d’incidence sur le climat (émissions de gaz à effet de serre…).

Il est apparu en Europe du Nord dans les années 1970-80, beaucoup plus tard en France (peut-être parce que le climat y est moins froid que dans les pays germaniques ou scandinaves, et que la consommation énergétique du bâti y est moindre). Si le label Haute Qualité Environnementale (HQE) en est inspiré, les « vraies » maisons passives y sont (encore) très rares.

 

Il faut dire que les règles techniques de construction sont très strictes : une maison passive doit réduire ses dépenses énergétiques de 80 % par rapport à une maison neuve qui respecte les normes d’isolation thermique de 1995 : par exemple, le besoin en énergie de chauffage doit être inférieur à 15 kWh par mètre carré et par an, et la consommation totale d’énergie primaire ne doit pas dépasser 120 kWh par mètre carré et par an [ces valeurs sont très faibles par rapport à des maisons « ordinaires »].

 

La perte de chaleur est évitée par l’isolation (triple vitrage, étanchéité, murs plus épais, récupération de l’air sortant pour faire chauffer l’air entrant dans le circuit de ventilation [ventilation double-flux]…).

De même, les baies vitrées sont souvent orientées vers le Sud pour limiter les déperditions de chaleur en hiver, au moins dans les pays à climat froid.

 

Le style architectural et les matériaux utilisés ne sont pas pris en compte pour la qualification de « maison passive ».

 

Si le coût d’une maison passive a un coût de 15 à 25 % supérieur à celui d’une maison « classique », il est à relativiser, car il peut être amorti au bout de 5 à 10 ans d’utilisation, grâce à de substantielles économies sur la facture énergétique.

 

En France, la qualification de « maison passive » est un label, qui n’est pas (pour le moment) encadré par des dispositions règlementaires.

 

Enfin, le terme de « maison passive » doit être distingué d’autres techniques de construction écologique : les « maisons positives » (= maisons qui produisent plus d’énergie qu’elles en consomment) et les « maisons à architecture bioclimatique » (= destinées à optimiser l’usage des éléments naturels comme le soleil, le vent, la topographie…).

Ces techniques sont distinctes de la « construction passive » mais elles peuvent être combinées avec celles-ci.

 

Source : http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/4921/maison-passive-nouvel-habitat-qui-ne-consomme-pas

 

Alexis Vernier

 

Illustration : schéma de maison passive. Crédits Maison Passive / Wikimedia Commons.

Commenter cet article