UNION EUROPEENNE – Le Parlement interdit le « shark finning »

Publié le par Le blog de l'écologie positive

European Union 

 

Aileron_de_requin.jpg

 

Par un vote du Parlement européen en date du 22 novembre dernier* et au terme de plusieurs années de combat de la part des associations de protection de l’environnement, le « shark finning » (pratique consistant à pêcher des requins, à découper leurs ailerons et à rejeter leurs carcasses en mer) a été totalement interdit dans l’UE.

 

Cela signifie que les pêcheurs ne peuvent plus débarquer les nageoires de requins isolément dans un port, ils sont tenus de ramener les requins entiers [ce qui rend non-rentable la pêche aux requins pour leurs ailerons].

 

Considérée comme un gaspillage écologique et comme la principale menace pour les requins, la pratique du « shark finning » était théoriquement interdite dans l’UE depuis 2003, mais elle faisait encore l’objet de dérogations notamment en faveur de l’Espagne et du Portugal, dont les flottes de pêche approvisionnaient certains pays d’Asie.

Toute dérogation est désormais exclue.

 

Récemment, plusieurs pays extra-européens ont également interdit le « shark finning », parmi eux Taïwan et le Costa Rica.

 

Source : http://www.actu-environnement.com/ae/news/requins-sauvegarde-interdiction-finning-nageoires-surpeche-17120.php4

 

Lire aussi : http://ecoloptimiste.over-blog.com/article-pour-une-communaute-ecologique-europeenne-111201273.html

http://ecoloptimiste.over-blog.com/article-palau-l-archipel-des-requins-heureux-64645544.html

http://ecoloptimiste.over-blog.com/article-indonesie-une-reserve-marine-pour-les-requins-61256514.html

http://ecoloptimiste.over-blog.com/article-australie-et-palau-le-requin-qui-valait-2-millions-73239078.html

 

Alexis Vernier

 

* à une grande majorité de 566 voix pour, 47 contre et 16 abstentions.

 

Illustration : Vue d'un aileron de requin. Inspirant la terreur avant-hier et persécutés hier, les requins sont désormais objet de protection.

Photo Tom BURKE / Wikimedia Commons.

Commenter cet article