NICARAGUA – Les micro-retenues, un espoir pour les petits agriculteurs (VIDEO)

Publié le par Le blog de l'écologie positive

Nicaragua.png

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

 

 

 

 

 

Comme de nombreux pays à climat tropical, le Nicaragua connaît une longue saison sèche, des pluies irrégulières et parfois des accidents climatiques (El Niño / La Niña), qui pénalisent l’agriculture. 

Pourtant, un projet* mené par le Fonds latino-américain pour le riz d’irrigation (FLAR) et le Fonds commun pour les produits de base (CCF, un organisme de l’ONU) permet aux petits paysans de tirer partie des eaux de ruissellement qui s’écoulent dans les vallées et les ravins pendant la saison des pluies.

La technologie aide la réalisation de ce projet, puisque les relevés topographiques au moyen de GPS et de programmes informatiques comme Google Earth permettent la détection des meilleures zones de captage d’eau.

 

Le mode de construction de ces retenues est simple (un mur équipé d’un tuyau de PVC et d’une vanne), mais il a permis de multiplier les rendements de maïs ou de haricots par 3 à 5, y compris en saison sèche. Certaines retenues ont même été converties en stations d’aquaculture !

 

Cela augmente les revenus des cultivateurs (jusqu’à 3 000 dollars à l’hectare) et suscite même l’intérêt des jeunes, avides de nouvelles technologies et habituellement peu portés sur l’agriculture !

 

14 micro-retenues ont déjà été construites au Nicaragua, où le projet est qualifié de « révolution bleue », et il est envisagé d’en construire dans d’autres pays d’Amérique centrale (Costa Rica, Sud du Mexique), et, au-delà, dans les pays andins et en Afrique.

 

Sources : http://www.bbc.co.uk/mundo/noticias/2011/11/111122_nicaragua_cosecha_agua_am.shtml

http://www.greenetvert.fr/2011/11/30/les-micro-retenues-une-technologie-de-pointe-contre-la-secheresse/39902

 

Voir la vidéo ici :

 


 
Alexis Vernier

 

* Lui-même inspiré d’expériences fructueuses au Brésil, en Argentine et en Uruguay, où 1 million d’hectares de riz est cultivé de cette manière.

Commenter cet article