MEXIQUE – Un sac plastique comestible ?

Publié le par ecoloptimiste.over-blog.com

Mexico

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

 

 

 

 

 

Si les sacs plastiques jetables ont mauvaise réputation du fait de la lenteur de leur processus de décomposition (estimé entre 100 et 400 ans selon les spécialistes), et que de nombreux pays et collectivités (dont l’Italie, la Chine et même la ville tchadienne de N’Djamena) ont désormais interdit ou fortement limité leur distribution, des sacs biodégradables (généralement au bout de 2 à 3 ans) et compostables, élaborés à partir de molécules végétales, sont diffusés et représentent une alternative aux sacs issus de la pétrochimie*.

 

Des étudiants de l’Institut polytechnique national (IPN) mexicain sont allés plus loin, en concevant un plastique… comestible à partir de polymères de maïs ! Mais, au-delà de cette anecdote, c’est surtout dans l’eau ou la terre qu’ils seraient utiles, puisqu’ils se dégraderaient en quelques secondes à peine.

Au salon des prototypes de l’IPN, les chercheurs ont introduit un morceau de plastique dans une bouteille d’eau dans laquelle il s’est dissous en quelques secondes, avant de boire le tout devant les yeux du public.

 

La non-toxicité de ce matériau a été confirmé par des tests : en-dehors de la biodégradabilité (et de son usage pour les sacs, les emballages alimentaires…), ce plastique pourrait aussi être intéressant dans la fabrication des jouets.

 

Sources : http://www.greenetvert.fr/2011/09/16/bientot-des-sacs-plastiques-comestibles/32449

http://www.cnnexpansion.com/emprendedores/2011/08/31/plastico-degradable

 

Alexis Vernier

 

* N’oublions cependant pas que la fabrication de ces sacs et la culture des végétaux nécessaires à leur fabrication consomment elles-mêmes de l’énergie et qu’il est préférable d’utiliser des sacs solides (de type « cabas ») qui peuvent être utilisés pendant de longues périodes.

Publié dans Déchets et recyclage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article