INTERNATIONAL – Nos assiettes en 2050…

Publié le par ecoloptimiste.over-blog.com

United Nations

 

 

Si l’augmentation de la population, les changements climatiques et la remise en question des modèles agricoles prédominants vont, très probablement, modifier notre alimentation dans les décennies à venir, l’Humanité est loin d’être aussi démunie que l’on pourrait croire, et ceci grâce à la biodiversité, dont la connaissance pourra permettre d’affronter les crises alimentaires en tout genre (allô, Monsieur Parmentier ?).

 

En effet, de nombreux végétaux comestibles peuvent croître dans des conditions climatiques extrêmes, ce qui peut à la fois permettre le développement de l’agriculture dans des régions délaissées (déserts, montagnes…), et son adaptation dans les régions vulnérables (par exemple les pays méditerranéens).

 

Il est ainsi probable que des plantes encore méconnues (en Occident tout du moins) comme, entre autres, l’amarante (largement cultivée sous les empires précolombiens, aujourd’hui considérée comme une mauvaise herbe…), le sorgho, l’igname (ces deux espèces bien connues en Afrique tropicale) ou la gesse commune (sorte de pois) viennent garnir nos assiettes dans les décennies à venir…

 

 

450px-Image_005_Amarante_Queue_de_renard.jpg

 

Source : http://belleplanete.over-blog.com/4-index.html

 

Alexis V.

 

Illustration : des fleurs d'Amaranthus caudatus, l'Amarante queue-de-renard. Si cette plante est esthétique, elle était cultivée par les Aztèques comme plante potagère...

Photo Didier Biville / Wikimedia Commons.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article