INTERNATIONAL – Les grandes villes ne sont pas (nécessairement) les plus polluantes

Publié le par ecoloptimiste.over-blog.com

United Nations

 

 

Des études menées sur 100 grandes villes de 33 pays, et publiées dans le Journal of Environment and Urbanization, viennent de démontrer que les plus grandes villes ne sont pas nécessairement celles qui émettent le plus de CO2 par habitant.

Les modes de transport et de consommation ont davantage d’influence sur la pollution que la taille de la ville en elle-même, ce qui donne de précieuses indications sur les politiques publiques (et les initiatives privées) à mener pour réduire la pollution.

 

Sans surprise, les habitants des grandes villes européennes produisent en moyenne moins de gaz à effet de serre que ceux des villes d’Amérique du Nord, de taille beaucoup plus étendue et moins bien pourvues en transports en commun.

Toutefois, les disparités entre villes, ou même entre les quartiers d’une même ville, sont fortes à l’intérieur de chacun de ces deux continents.

 

C’est ainsi qu’un New-Yorkais produit presque deux fois moins de CO2 qu’un habitant de Denver (ville du Centre-Ouest des Etats-Unis), où les émissions par habitant sont de 21,5 tonnes par an (et où l’utilisation de la voiture individuelle est bien plus importante).

Et, à Toronto, une des rares villes nord-américaines où les transports en commun sont très développés, un habitant du centre-ville ne produit que 1,3 tonne de CO2 par an, contre 13 tonnes pour un habitant des banlieues les plus éloignées.

 

De façon plus surprenante, un Parisien produit deux fois moins de CO2 par an qu’un Athénien (5,2 tonnes pour le premier et 10,4 pour le second).

 

Source : http://news.fr.msn.com/ecologie/article.aspx?cp-documentid=155971331

 

Alexis Vernier

Publié dans Ecologie urbaine

Commenter cet article