INTERNATIONAL – Le développement humain en progression mondiale

Publié le par ecoloptimiste.over-blog.com

United Nations

 

 

Utilisé à partir des années 1990 pour mesurer le développement des nations autrement que par la seule richesse économique, l’indice de développement humain (IDH) prend en compte l’espérance de vie, le taux d’alphabétisation des peuples de chaque pays et le produit intérieur brut (PIB) par habitant.

En 2010, de nouveaux indices sont pris en compte : l’IDH ajouté aux inégalités, l’indice d’inégalité de genre et l’indice de pauvreté, pour mieux tenir compte des fortes disparités qui peuvent exister à l’intérieur d’un même pays.

 

Mais le plus important, sur le fond, est que l’évolution de l’IDH (et de ses composants) à travers le monde laisse apparaître une progression de l’espérance de vie et de l’alphabétisation des peuples sur tous les continents.

 

Si l’indice de développement humain (IDH) reste le plus élevé en Europe du Nord-Ouest, en Amérique du Nord, Australie et Nouvelle-Zélande (la France est 14ème du classement), c’est dans les pays dits du « Tiers-Monde » qu’il a progressé le plus.

 

C’est ainsi qu’entre 1970 et 2010, l’espérance de vie a augmenté de 18 ans dans les pays arabes, et de 8 ans en Afrique subsaharienne.

Dans la même période, l’espérance de vie moyenne d’un humain sur Terre est passée de 59 à 70 ans, et le taux de scolarisation en primaire est passé de 55 à 70 %.

 

Dans les 40 dernières années, les pays dont l’IDH a le plus progressé se trouvent en Asie du Sud et de l’Est et dans le monde arabe (Maghreb inclus), où beaucoup d’Etats ont connu à la fois un fort développement économique et une amélioration des conditions sociales.

D’autres pays n’ont pas enregistré de forte croissance économique mais ont réussi à accomplir de gros efforts dans le domaine de la santé et de l’éducation : c’est le cas de l’Ethiopie, du Bénin et du Cambodge, montrant que les progrès ne sont pas réservés aux pays en voie d’enrichissement rapide.

 

Quoi qu’il en soit, l’IDH a prouvé qu’il existe des alternatives fiables à la simple mesure du PIB, qui était, il y a encore 20 ans, le seul moyen d’estimer le développement d’un pays.

De plus, les résultats enregistrés et mesurés permettent de renforcer la crédibilité des Etats vertueux.

Il reste maintenant à prendre en compte d’autres éléments comme l’égalité sociale (entre classes, ethnies ou communautés, mais aussi entre hommes et femmes), la protection de l’environnement, et… bien d’autres encore ?

 

Le mot final peut être laissé à l’économiste indien Amartya Sen, « inventeur » de l’IDH et Prix Nobel d’économie : « Vingt ans après la sortie du premier Rapport sur le développement humain, le chemin parcouru mérite d'être célébré. Mais nous devons également rester en éveil, prêts à saisir toute possibilité qui nous permettrait d'améliorer notre compréhension des difficultés chroniques et de repérer et surmonter les menaces nouvelles mettant en péril le bien-être et la liberté des humains ».

 

 

220px-Earth_flag_PD.jpg

 

Source : http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2584_classement_IDH_2010.php

 

Alexis Vernier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article