INTERNATIONAL – L’agave, biocarburant du désert

Publié le par ecoloptimiste.over-blog.com

United Nations

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

 

 

 

 

 

Accusés de détruire les forêts et d’accaparer les cultures vivrières, les biocarburants ont mauvaise presse.

Pourtant, la valorisation d’autres espèces végétales permet d’obtenir un bilan écologique bien meilleur.

 

C’est le cas des agaves, qui poussent dans les déserts et ne nécessitent pas d’emprise sur les cultures vivrières (sinon sur la production de tequila, fabriquée à base d’agaves).

Ces plantes sont cultivées au Mexique depuis 200 ans au moins.

 

 

Agaveespinho2.jpg


 

D’après des études de l’Université d’Oxford, le biocarburant à base d’agave émet très peu de dioxyde de carbone dans son cycle de vie (35 grammes par mégajoule, contre 85 pour le maïs).

 

La valorisation énergétique des plantes du désert intéresse de plus en plus : les Chiliens prévoient la construction de centrales électriques utilisant la biomasse des cactus.

 

Toutefois, les spécialistes soulignent que, même avec un bon bilan énergétique, les bio- (ou agro-) carburants ne sont pas à eux seuls une révolution écologique : l’efficacité énergétique des engins et machines, ainsi que les comportements des citoyens, sont nécessaires.

De même, les plantes comme les agaves et les cactus, assez opportunistes, ne doivent pas être plantés dans des régions où ils peuvent devenir envahissants (comme ce fut le cas en Australie avec les figuiers de Barbarie).

 

Source : http://www.zegreenweb.com/sinformer/lagave-un-biocarburant-vraiment-ecologique,33029

 

Alexis Vernier

 

Illustration : Agave angustifolia.

Photo El Denis Conrado / Wikimedia Commons.

Publié dans Energies

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article