INTERNATIONAL – Apprendre la résilience avec les peuples indigènes

Publié le par Le blog de l'écologie positive

United Nations

 

Souvent présentés (et non sans complaisance et racisme sous-jacent) comme des victimes du changement climatique, les peuples dits indigènes peuvent montrer bien des exemples de résilience à ces modifications, qu’ils expérimentent depuis des milliers d’années et souvent dans des conditions extrêmes ; et les sociétés industrialisées devraient s’en inspirer. C’est en tout cas ce que mettent en évidence les experts réunis à la sixième conférence sur l’adaptation au changement climatique, qui se tient à Hanoi (Vietnam), en s’appuyant sur de nombreux exemples.

 

C’est par exemple le cas en Iran, un des berceaux de la civilisation agro-pastorale, où les communautés de bergers nomades affrontent avec succès un environnement rude depuis… 12 000 ans.

Dans les dernières années, l’aridité croissante les a poussés à choisir des races animales plus résistantes à la sécheresse, de même que les cultures végétales (pistaches et orge), mais sans abandonner pour autant leur mode de vie.

 

Dans l’environnement montagnard et parfois sec des montagnes du Vietnam, les communautés de la province de Bac Kan cultivent un riz et des haricots résistants à la sécheresse, et des pommes de terre résistantes au froid ; ils entremêlent aussi des plantations de bananiers et de gingembre, qui cohabitent bien ensemble.

 

800px-Terrace field yunnan china

Et, plus au Sud, les paysans thaïs, malais, indonésiens et philippins ont pris localement l’habitude de mélanger riz de plaine (qui préfère l’humidité) et de montagne (qui aime les environnements plus secs) dans leurs champs, ce qui réduit les pertes liées aux aléas climatiques.

 

Source : http://www.trust.org/alertnet/news/indigenous-people-can-teach-us-how-to-adapt-to-climate-change-experts/

 

Alexis Vernier

 

Illustration : des rizières au Yunnan (Chine).

Photo Jialiang Gao / Wikimedia Commons. 

Publié dans Peuples du monde

Commenter cet article