INTERNATIONAL – 40 ans de patrimoine mondial de l’UNESCO

Publié le par Le blog de l'écologie positive

United Nations

 

800px-Polar Bear ANWR 7

 

En 2012, la convention de l’UNESCO sur le patrimoine mondial, signée par 188 pays, fête ses 40 ans.

Dans un esprit de « développement durable » avant l’heure, cette convention vise à protéger les sites les plus remarquables du patrimoine de l’Humanité.

Initialement conçue pour protéger les œuvres humaines, comme le temple d’Abou Simbel (Egypte) menacé par un barrage dans les années 1960, elle s’est élargie au patrimoine naturel, avec des sites célèbres comme les îles Galapagos ou les parcs nationaux d’Afrique de l’Est, mais aussi des lieux bien moins connus et touristiques, comme l’île Wrangel dans l’Arctique russe (où vivent Ours polaires, Morses et Baleines grises), les forêts de Tasmanie ou encore la réserve du Dja et sa forêt primaire au Cameroun.

En complément, une liste du patrimoine en péril permet de mobiliser des ressources et l’attention de la « communauté internationale » sur les sites les plus menacés, le plus souvent dans des pays peu développés et/ou en conflit, mais pas exclusivement (ex. : le parc national des Everglades, en Floride).

La France compte quelques sites naturels* inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO : Golfe de Porto (Corse), lagons de Nouvelle-Calédonie, pitons, cirques et remparts de la Réunion, et site des Pyrénées-Mont Perdu (à la frontière espagnole).

 

Source : http://www.consoglobe.com/unesco-40-ans-patrimoine-culturel-naturel-diapo-cg

 

Lire aussi : http://ecoloptimiste.over-blog.com/article-international-nouvelle-liste-du-patrimoine-mondial-de-l-unesco-la-reunion-et-les-galapagos-a-l-honneur-56813842.html

 

Alexis Vernier

 

* La France compte également de très nombreux sites inscrits pour leur intérêt culturel ; certains ont également un patrimoine naturel remarquable (Val de Loire, Causses et Cévennes, etc…).

 

Illustration : l'Ours polaire (Ursus maritimus) est protégé sur l'île Wrangel, en Russie.

Photo Wikimedia Commons.

 

Commenter cet article