FRANCE – Paris côté jardins

Publié le par ecoloptimiste.over-blog.com

France

 

 

 

 

Contrairement à une idée reçue, il n’y a pas que du béton à Paris ! La « Ville Lumière » recèle en effet de nombreux havres de nature, véritables refuges pour la biodiversité.

A côté des grands parcs comme le Jardin des Plantes ou les Buttes-Chaumont, de petits jardins permettent la découverte d’un Paris sauvage et méconnu.

 

Tel est le cas du Jardin sauvage Saint-Vincent, qui étale ses 1 500 mètres carrés sur la  butte-Montmartre. « Géré » par la municipalité (si on peut dire, puisque l’agence des espaces verts laisse volontairement l’espace à l’état naturel, mis à part quelques opérations de taille et d’élagage nécessaires pour des raisons de sécurité et de salubrité), il abrite de vrais écosystèmes tels qu’une mare et des boisements de diverses essences d’arbres et d’arbustes, qui permettent la présence d’une faune variée.

Toutefois, il n’est ouvert au public que quelques jours par an, lors de visites guidées.

 

Si le petit paradis de Montmartre est difficile d’accès, vous pouvez toujours trouver un autre jardin méconnu au parc de la Villette, librement ouverts au public pendant les samedis et dimanches après-midi (du 28 mai au 25 septembre pour l’année 2011), et des ateliers divers (agriculture urbaine, compostage, etc…) y sont proposés au long de l’année.

Là-bas, à deux pas de la Cité des sciences et de l’industrie, le promeneur peut accéder aux « Jardins passagers ». On peut y trouver des herbes et fleurs sauvages, mais aussi un potager dédié aux légumes du monde.

Les jardins, qui ont reçu le label « EVE » (espaces verts écologiques, bien sûr), ont également une vocation de sensibilisation de la population au lien qui l’unit avec la nature, mais aussi aux liens unissant les générations entre elles : plusieurs associations de quartier gèrent des parcelles.

 

 

800px-Erinaceus_europaeus_LC0119.jpg

 

Mieux encore : pour fêter leurs 10 ans d’existence, les jardins passagers se sont étendus sur 1 000 mètres carrés supplémentaires, enrichissant la palette d’écosystèmes présents : désormais, les jardins comprennent un mur en pierres sèches couvert de fougères et plantes grasses, d’un verger de variétés anciennes de fruits, d’une haie accueillante pour les oiseaux et les hérissons, d’une mini-zone humide peuplée de libellules (et dont une partie de l’eau est réutilisée pour arroser le potager), et même – ce qui est bon à savoir en période de sécheresse – d’un jardin sec planté de végétaux résistants à l’aridité tels que le ciste, le séneçon, la rose trémière ou encore la sauge.

 

Sources : http://www.plusbellematerre.com/article-5854-un-ilot-de-nature-sauvage-en-plein-paris.html

http://www.neo-planete.com/2011/05/25/extension-des-jardins-passagers-de-la-villette-pour-leurs-10-ans/

 

Lire aussi : http://ecoloptimiste.over-blog.com/article-france-a-paris-la-biodiversite-fait-son-retour-59841035.html

 

Alexis Vernier

 

Illustration : même en ville, le Hérisson (Erinaceus europaeus) peut trouver un habitat favorable dans les parcs et les jardins.

Photo Jörg Hempel / Wikimedia Commons.

Publié dans Ecologie urbaine

Commenter cet article