FRANCE – Les grands ongulés utiles pour la biodiversité forestière

Publié le par ecoloptimiste.over-blog.com

France

 

 

Des études réalisées par l’INRA et le Cemagref, en collaboration avec l'office national de la chasse et de la faune sauvage, ont mis en évidence le rôle positif joué par les grands mammifères herbivores (Cerfs, Chevreuils et Sangliers) dans la dispersion des graines, permettant même la recolonisation de massifs forestiers par des plantes rares, comme le Cynoglosse officinal Cynoglossum officinale dans la forêt d’Arc-en-Barrois (Haute-Marne).

 

Absente dans les années 1970 d’après les inventaires botaniques menés à l’époque, cette plante est réapparue en bordure de ce massif au début des années 1980, avant de s’y implanter en nombre une quinzaine d’années plus tard.

 

La raison en a été la pénétration du massif par des groupes d’animaux sauvages, lesquels transportent les graines dans leurs poils (phénomène « d’épizoochorie »).

Jusqu’à 40 espèces de plantes peuvent ainsi voyager, à l’état de graine, sur le dos d’un Sanglier.

Ce mode de dispersion est vital pour les plantes à grosses graines, que le vent ne peut pas déplacer.

 

Les conclusions de ces études tranchent avec les précédentes recherches menées sur les grands ongulés des forêts françaises, qui mettaient l’accent sur leurs impacts négatifs, notamment la dévastation des bourgeons et des jeunes plants.

 

 

800px-Ausgewachsenes_Wildschwein_beim_Suhlen.JPG

 

Sources : http://www.goodplanet.info/eng/Contenu/Depeche/Diversite-vegetale-assuree-les-graines-voyagent-a-dos-de-cerf-et-sanglier

http://www.maxisciences.com/epizoochorie/epizoochorie-les-sangliers-et-les-cerfs-sont-utiles-a-nos-forets_art12826.html

 

Alexis V.

 

Illustration : un Sanglier d'Eurasie (Sus scrofa).

Photo 4028mdk09 / Wikimedia Commons.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article