FRANCE – Des coquilles de mollusques comme matériaux de construction

Publié le par Le blog de l'écologie positive

France

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

 

 

 

 

 

« Sur la plage abandonnée,

Coquillages et crustacés… »

(« La Madrague », chanson interprétée par Brigitte BARDOT

et Laurent VOULZY)

 

Les coquilles de mollusques existent depuis des centaines de millions d’années ; d’un point de vue humain, elles évoquent les souvenirs des vacances d’été, mais elles peuvent aussi énerver lorsqu’elles encombrent les poubelles à la fin des réveillons !

 

En octobre, l’on peut envisager un autre rôle inattendu pour ces coquillages, celui de remblais et de matériaux de construction !

Qu’il s’agisse des déchets de la conchyliculture ou bien des coquilles de la Crépidule (Crepidula fornicata, une espèce d’origine nord-américaine, invasive sur les côtes françaises), certains coquillages s’entassent par millions de tonnes sur les plages de l’Atlantique et de la Manche, sans que l’on puisse toujours leur trouver une utilité particulière*.

 

Empty_oyster_shells-_Whitstable_-_geograph.org.uk_-_1364068.jpg

L’école supérieure d’ingénieurs des travaux de la construction (ESITC) de Caen a peut-être trouvé la solution, en lançant la fabrication d’un revêtement à partir de coquilles de mollusques, utilisable dans le construction de routes, trottoirs et parkings.

En-dehors de la possibilité de valoriser ces déchets, ce matériau présente l’avantage d’être drainant (contrairement aux goudrons) et évite l’imperméabilisation des sols et tous ses désagréments (inondations, assèchement des nappes phréatiques…).

 

Les coquillages s’ajoutent ainsi à la liste des revêtements drainants déjà existants, ceux-ci étant principalement d’origine végétale (comme le Végécol).

 

Source : http://www.marcelgreen.com/article/lire/2399

 

Alexis Vernier

 

* Bien que, dans l’absolu, ils ont une place dans l’équilibre écologique, leur transformation en matière minérale est très lente.

 

Illustration : des coquilles d'huîtres vides.

Photo Penny Mayes / Wikimedia Commons.

Publié dans Déchets et recyclage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article