CHEZ VOUS – Zoom sur… le compost (MAJ)

Publié le par Le blog de l'écologie positive

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

 

 

 

 

 

 

Real Compost

 

Le compostage est un moyen idéal de recycler les déchets de cuisine et du jardinage, qui permet d’enrichir la terre, d’éviter l’achat d’engrais et terreaux industriels, et de diminuer le volume de nos poubelles !

Connu depuis longtemps, il ne demande pas beaucoup d’entretien et peut être pratiqué par toute personne disposant d’un jardin, même de petite taille.

Contrairement à des idées reçues, il ne provoque pas de nuisances (odeurs, animaux nuisibles ou dangereux) si on l’entretien correctement.

 

Quelques conseils pour faire son compost :

 

Le compost peut être fait en tas (c’est le principe du tas d’herbe ou de feuilles mortes), dans des récipients spéciaux (bacs plastiques du commerce) ou encore dans des cagettes ou des structures (par exemple, avec 4 piquets et du grillage) que l’on aménage soi-même.

Suivant le volume de déchets, le site de compostage peut être plus ou moins grand.

 

Une fois que l’emplacement est aménagé, le compost peut être garni avec les éléments suivants : déchets de fruits (sauf peaux d’agrumes) et légumes, de pâtes, riz, thé et infusions, marc de café, coquilles d’œufs écrasées, feuilles, herbe, copeaux de bois et même cendres de cheminée.

Eviter la viande et les poissons (attirent les rats, les mouches et les animaux errants), les papiers et journaux (l’encre ne se dégrade pas bien et peut être polluante) ainsi que les plantes adventices montées en graines.

 

Le cycle de décomposition du compost dure environ 1 an, après quoi l’on obtient une sorte de terreau qui peut être utilisé en jardinage.

Le compost doit être retourné tous les 3 à 4 mois, et légèrement arrosé quand le temps est sec.

 

Et si vous n’avez pas de jardin ? Pas de panique, le lombricompostage est une solution alternative pour les ménages vivant en appartement (au moins si vous avez un balcon).

Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

Le plus : certaines collectivités subventionnent l’achat de composteurs (et/ou lombricomposteurs) pour les particuliers, certaines (comme Rennes, Toulouse ou Paris et beaucoup de villes plus petites) développent progressivement des systèmes de compostage collectif dans les résidences, les jardins publics… ce qui permet aux habitants de (re-)découvrir la technique, d’en parler à leurs amis et voisins, etc… (fin 2011, il devrait y avoir 80 composteurs de ce genre rien qu’à Paris).

Localement (par exemple dans les Bouches-du-Rhône), des associations organisent aussi des cours et des formations de compostage.

 

Source : http://potagerbio.wifeo.com/le-compost.php

http://www.ecofrugalproject.org/alimentation/fiche-composteur/

 

Alexis Vernier

 

Illustration : du compost (photo Kessner Photography / Wikimedia Commons). 

Publié dans Et chez vous...

Commenter cet article