CHEZ VOUS – Pour redécouvrir le jardinage écologique

Publié le par ecoloptimiste.over-blog.com

A l’heure où de plus en plus de jardiniers amateurs et de collectivités redécouvrent les méthodes écologiques de jardinage, le site Goodplanet.info a donné la parole à Claude Bureaux, ancien chef-jardinier du Jardin des Plantes de Paris, qui propose quelques conseils pour retourner à un jardinage respectueux de l’environnement et moins dépendant des traitements chimiques. « Le jardinage, c’est 95 % d’action préventive, et 5 % d’action curative », rappelle t-il.

 

Le premier conseil est d’adapter son jardin à l’environnement, exposition, sol, climat, associations de plantes… En effet, ceux-ci conditionnent la liste des plantes pouvant être cultivées dans le jardin voire le balcon.

 

Il convient aussi de redécouvrir des méthodes anciennes telles que les paillages, la rotation des cultures et les associations végétales, entretenant une symbiose entre les différentes plantes cultivées, qui peuvent se nourrir et se renforcer mutuellement.

 

Le compostage des déchets ménagers, et aussi la fabrication de purins et de décoctions à partir de certaines plantes, offrent une alternative aux engrais et pesticides industriels.

 

La présence des animaux utiles (hérissons, mésanges, et surtout des insectes comme les coccinelles, les syrphes, les libellules…) doit vivement être encouragée : ces espèces participent à la régulation des équilibres naturels et limitent le développement des ravageurs.

C’est pourquoi l’utilisation d’insecticides, même végétaux (pyrèthre, rhubarbe…) doit être limitée au strict nécessaire, seulement en cas d’infestation, car ils éliminent aussi, bien souvent, les espèces d’insectes utiles.

 

Pour la biodiversité, il est préférable d’enclore son jardin avec des haies composées d’espèces variées et locales (aubépine, charme, noisetier…) plutôt que des monocultures de thuyas ou cyprès : ces derniers, véritables « bétons végétaux », sont très peu attirants pour la faune et très vulnérables aux maladies du fait de leur uniformité et de leur pauvreté génétique.

 

La récupération de l’eau de pluie est un moyen utile d’économiser l’eau et de ne pas gaspiller l’eau potable : de nombreux bacs de rétention d’eau de pluie sont d’ailleurs disponibles dans le commerce.

 

Enfin, si l’usage de pesticides de synthèse est parfois nécessaire, il importe de respecter les doses prescrites et de lire les consignes de sécurité avant toute manutention (ces produits sont souvent dangereux pour l’environnement, mais aussi pour la santé de celui qui les manipule, l’usage de certains d’entre eux est interdit aux particuliers).

 

Source : http://www.goodplanet.info/Contenu/Focus/Pour-jardiner-sans-pesticides-redecouvrons-les-methodes-des-anciens

 

Lire aussi : http://ecoloptimiste.over-blog.com/article-france-le-jardinage-bon-pour-le-corps-l-esprit-et-le-porte-monnaie-67606469.html

http://ecoloptimiste.over-blog.com/article-france-un-site-et-un-guide-pour-des-jardins-sans-pesticides-67439610.html

http://ecoloptimiste.over-blog.com/article-france-ateliers-de-compostage-dans-les-bouches-du-rhone-72890171.html

 

Alexis Vernier

Publié dans Et chez vous...

Commenter cet article