CHEZ VOUS – Le vélo, arme anti-crise

Publié le par Le blog de l'écologie positive

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

 

 

 

 

 

Dans un contexte de dépendance aux énergies fossiles et de renchérissement du prix des transports, le Club des villes et territoires cyclables souligne que l’usage du vélo est bon pour la planète et pour le porte-monnaie.

Il forme en effet une alternative utile à la voiture individuelle, utilisé seul ou combiné aux transports en commun, pour les déplacements de courte distance.

 

Si seulement 5 % des Français utilisent couramment le vélo, ce moyen de transport trouve un regain d’intérêt depuis une dizaine d’années, après avoir été quelque peu abandonné à la fin du 20ème siècle.

Les Français préfèrent le vélo pour des déplacements courts : plus de 50 % des trajets à vélo sont inférieurs à 2 kilomètres.

 

Le potentiel de croissance du vélo est très grand, et doit être pris en compte par les décideurs publics et privés : il est en effet utile pour les trajets dans les centres-villes, mais aussi comme outil de transport entre le domicile et les stations de transport en commun (bus, métro, RER…) ce qui est courant chez les habitants des « grandes banlieues ».

 

Le développement du vélo fait immédiatement penser aux divers systèmes aménagés par les municipalités (pistes et bandes cyclables, parcs à vélos, locations…), mais les entreprises privées peuvent aussi agir, comme c’est le cas en Grande-Bretagne avec le programme incitatif « Cycle to work » avec lequel les entreprises mettent des vélos à la disposition de leurs salariés, sous forme de location ou de location-vente*.

D’autres mesures, comme l’indemnisation des déplacements (sur le mode des indemnités kilométriques utilisées pour les déplacements en voiture ou en transports en commun : cela existe déjà en Belgique, où une indemnité kilométrique de 0,21 € par kilomètre parcouru en vélo sur le trajet domicile-travail, équivalente au coût de revient de l’usage du vélo**, est accordée aux salariés) ou encore des exonérations fiscales pour l’achat et l’entretien de vélos, peuvent aussi être envisagées, et sont revendiquées par le Club des villes et territoires cyclables.

 

800px-Velodi_Dijon.jpg

Source : http://carfree.free.fr/index.php/2011/09/08/le-velo-remede-anti-crise/

 

Alexis Vernier

 

Illustration : service de location "Vélodi", à Dijon.

Photo Siren-Com / Wikimedia Commons.

 

* Ce programme, qui existe depuis 10 ans Outre-Manche, a mobilisé 15 000 employeurs britanniques, 400 000 personnes et 700 fabricants.

** Le coût de revient englobe l’achat du vélo mais aussi l’entretien des pièces (pneus, freins…) et accessoires divers.

Commenter cet article