CHEZ VOUS – De l’utilité des « petits gestes »

Publié le par Le blog de l'écologie positive

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

adobe-plume-photoshop-icone-7001-64

 

 

 

 

 

« Toute personne a le devoir de prendre part à la préservation et à l'amélioration de l'environnement. »

(Article 2 de la Charte de l’Environnement, annexée à la Constitution française)

 

Les campagnes de protection de l’environnement, qu’elles soient initiées par des associations, des ONG ou des institutions, mettent souvent en avant des « petits gestes » que chacun peut accomplir en vue de la protection de l’environnement et des ressources naturelles : éviter d’utiliser la voiture pour de petits trajets, éteindre les appareils électriques en veille, prendre des douches plutôt que des bains, etc…

 

Cette logique rencontre pourtant la dérision et le mépris de la part des « éco-sceptiques » / « écolophobes » mais aussi parfois dans les milieux écologistes : parmi les reproches, certains sont d’ordre idéologique (« plutôt que de viser les simples individus, il faudrait mieux s’en prendre aux gros industriels, aux politiques, etc… »), d’autres peuvent prendre l’apparence du bon sens (« à quoi ça sert de ne pas utiliser la voiture, de trier mes déchets quand on voit les embouteillages à Los Angeles, les montagnes d’ordures à Calcutta ou même… le comportement de mon beauf de voisin ! »).

Dans l’ensemble, ces arguments font passer les « petits gestes » pour des actes destinés à donner « bonne conscience » aux individus (comme d’autres font leur prière du soir) sans effet concret.

 

Bien entendu, les autorités politiques (locales, nationales voire internationales) et les entreprises (petites ou grandes), le monde des ingénieurs, des chercheurs, doivent agir pour l’environnement en édictant des règles (lois, décrets…), en développant et en soutenant des procédés industriels moins gourmands en énergie, en matières premières, une production agricole respectueuse de l’eau et des sols...

Mais, à côté de ces « grands » acteurs de la vie politique, économique et sociale, les individus (qui sont aussi, je le rappelle, citoyens et consommateurs) ont aussi (individuellement) un rôle à jouer pour réduire l’impact (collectif) de la société sur l’environnement, ou même générer un impact positif.

 

450px-Termite_mound_NT.jpg

Un article récemment paru sur le site www.massolia.com permet de replacer à leur juste valeur ces « petits gestes » qui suscitent le dédain de certains : s’il est vrai que, pris individuellement, les « petits gestes » accomplis par un ménage ont un impact insignifiant sur l’environnement à l’échelle du monde, d’un pays ou d’une collectivité (commune, département…), ce n’est pas le cas de la « somme des insignifiances » que constitue l’ensemble des gestes effectués par des centaines, des milliers, des millions de personnes.

Malgré leur taille minuscule, les fourmis et termites ne réalisent-ils pas les constructions parmi les plus impressionnantes du monde vivant ?

L’image a été reprise dans un mouvement désormais célèbre, le mouvement dit « des Colibris », rappelant une légende amérindienne dans laquelle un colibri apporte des gouttes d’eau pour éteindre un incendie, malgré le scepticisme et la résignation des autres animaux.

 

Pour citer un seul exemple (source = ADEME), si tous les Français éteignaient les appareils électriques en veille, la France économiserait chaque année la consommation d’électricité de Lyon et Nice réunies.

 

Alexis Vernier

 

Illustration : termitière en Australie. Les termites : des insectes minuscules, une force d'ensemble colossale (comparer avec la taille des touristes, en bas à droite).

Photo Ian Armstrong / Wikimedia Commons.

Publié dans Et chez vous...

Commenter cet article

Pierre 28/11/2011 01:33

Bon, je sais que tu as anticipé ma remarque et que je vais peut-être t'embêter, mais tu m'avais habitué à mieux. Donner des idées de "gestes", tous les blogs écolos le font, mais ceux qui publient
des bonnes nouvelles sont rarissimes (pour ne pas dire presque inexistants), et c'est ça tout l'intérêt de ton blog. Ce n'est peut-être qu'une impression, mais on dirait que ces derniers temps, il
y a beaucoup d'articles qu'on trouverait sur n'importe quel blog écolo, et publier des actions avec la prière que tous les lecteurs vont les suivre, ce n'est pas vraiment la fine fleur de
l'optimisme. C'est vrai que je critique beaucoup, mais ce n'est aucunement contre toi, c'est juste pour dire que ce serait dommage de dénaturer ce blog.

Allez, sans rancune.