AFRIQUE DU SUD – Une ville rachète l'urine de ses habitants

Publié le par ecoloptimiste.over-blog.com

South-Africa.png

 

« L’argent n’a pas d’odeur », disait un empereur romain* à son fils, qui se montrait sceptique devant son projet de taxer les toilettes publiques.

 

Deux mille ans plus tard, en Afrique du Sud, c’est le contraire qui se produit. La municipalité de Durban (ville d’environ 3,5 millions d’habitants) a lancé le projet de racheter les urines de ses citoyens.

 

Tout a commencé en 2002, lors d’une épidémie de choléra aggravée par la rareté des toilettes publiques pour un quart de la population. La ville a alors fait installer 90 000 toilettes sèches, qui ont l’avantage d’être hygiéniques et écologiques (pas de consommation d’eau).

Toutefois, les habitants qui ont atteint un certain seuil de richesse boudent les toilettes sèches, considérées comme un système « inférieur » aux toilettes à eau.

 

Afin de favoriser l’utilisation des toilettes sèches, la ville de Durban va équiper de réservoirs ses toilettes individuelles, de façon à séparer les matières fécales et les urines ; ces dernières seront récupérées par les services municipaux, qui rétribueront les habitants.

Riches en nitrates, phosphates et potasse, les urines pourront être réutilisées comme fertilisants.

Dans un premier temps, 500 toilettes vont être équipées de réservoirs à urines.

 

Le projet reçoit le soutien de plusieurs laboratoires et instituts de recherche, ainsi que le concours financier (à hauteur de 3 millions de dollars) de la fondation Bill & Melinda Gates.

 

 

220px-Compostingtoilet.jpg

 

Source : http://www.ddmagazine.com/201011082019/Actualites-du-developpement-durable/Durban-veut-acheter-l-urine-de-ses-habitants.-Pourquoi.html

 

Alexis Vernier

 

* L’empereur en question se nommait Vespasien. Il est passé à la postérité pour avoir créé un système de toilettes publiques payantes, les fameuses vespasiennes.

Publié dans Déchets et recyclage

Commenter cet article