2 ans de blog…

Publié le par Le blog de l'écologie positive

Chères lectrices et chers lecteurs assidus ou plus occasionnels, je tiens à tous vous remercier et vous annonce que ce blog vient de fêter ses 2 ans hier !

Deux ans intenses, avec près de 1 300 articles publiés sur les thématiques de l’écologie positive, des thématiques très riches mais encore sous-exploitées par les médias et méconnues du grand public que l’on a habitué à une vision de l’environnement souvent pessimiste et catastrophiste.

Cette vision est à la fois liée à la logique mercantile des médias de masse mais aussi à la génèse d’une certaine pensée écologiste, qui a émergé voici deux siècles et qui s’est progressivement étendue dans la culture occidentale (pour ne parler que de celle-ci).

 

Certes, les motifs d’inquiétude sont nombreux, je ne les détaillerai pas ici. Mais il est malhonnête de ne pas évoquer l’espérance qui se concrétise jour après jour devant nos yeux : une déforestation qui ralentit en Amazonie, une baisse historique des émissions de CO2 aux Etats-Unis, un développement rapide des énergies renouvelables un peu partout (à commencer par la Chine), des coraux qui résistent à la pollution et au réchauffement des eaux, des réserves marines qui sont créées en Europe, en Océanie, dans les Amériques, etc, et même le recul de la violence armée à travers le monde*, sans oublier les initiatives qui peuvent émerger près de chez vous : tout ceci est réel, mais on en parle trop peu souvent, que ce soit dans les « grands » médias ou bien dans la culture populaire qui s’en nourrit.

 

Le plaidoyer pour une information positive ne se limite pas, loin s’en faut, à l’écologie : connaissez-vous Jerome Singleton ? Sans doute que non. Pourtant il mériterait d’être plus connu. J’ai découvert son existence hier, sur Wikipédia : né en 1986, sans péroné à la jambe droite, il a obtenu deux médailles aux Jeux paralympiques à Pékin (dont l’or en équipe au relais 4x100 m), mais aussi des licences de mathématiques, de physique appliquée et de génie industriel, et il a travaillé à la NASA où il a travaillé, entre autres à un moteur sans dépendance au pétrole (dans un but d’exploration spatiale) et à un scanner oculaire pour détecter les cataractes !

 

316px-Jerome_Singleton.jpg


Avouez que ce serait plus stimulant pour les jeunes et moins jeunes de parler de lui (ou d’autres personnes remarquables) que des mêmes discours débités à la tonne dans les journaux ou, pire, les JT : guerres [avec souvent des images atroces], crise économique, chômage, violence, drogue, faits divers macabres, pollutions…

Ce flux de mauvaises nouvelles et de négativité, sous un fallacieux prétexte d’informer (informer = rendre informe ?) le public pousse à la passivité, au fatalisme et au repli sur soi.

Ceci est très est flagrant en France, où, d’après une enquête récente, les habitants étaient classés comme « le peuple le plus pessimiste du monde », devant les Irakiens et les Afghans [qui, eux, ont des raisons immédiates de craindre pour leur avenir] !

Certes, ce n’est pas que le journal télévisé du 20 heures qui contribue à cet état de fait (il y a aussi d’autres éléments comme le culte du diplôme, la peur du déclassement, la place du pays dans le monde… qui provoquent sans doute des craintes moindres dans d’autres cultures et pays), mais il y participe, de même qu’une certaine pensée, cartésienne et post-cartésienne, qui glorifie la critique et le doute comme LA preuve ultime de l’intelligence (apparemment sans se souvenir de la leçon de Buridan, un âne ferait mieux…). Le mot « optimiste » passe même pour une insulte aux yeux de certains, comme en témoigne le titre sarcastique de cette œuvre « Candide ou l’optimisme » (sous-entendu : niaiserie, naïveté).

 

L’information négative, véritable marché au sang et aux larmes, est produite et permise par le système démocratique et libéral mais elle finit par se retourner contre lui. Le citoyen ne se sent pas plus impliqué (et n’a surtout pas plus envie de l’être) mais plus déresponsabilisé, et ne trouve pas d’autre choix que de se raccrocher à ce qu’il a « tant que c’est encore possible » (ce qui se traduit en politique par l’abstention ou le vote pour des partis extrêmes).

 

Il est urgent de développer une information positive, qui est un complément indissociable de la critique si l’on veut que cette dernière soit constructive, et qu’elle inspire une action concrète.

Elle passe par une éthique de l’information, ce blog vise à y contribuer dans le domaine de l’environnement. Il m’est difficile de traiter d’autres sujets, faute de temps et de connaissances.

Mais il y a encore beaucoup à faire : pourquoi pas un réseau d’actualité positive dans ce domaine, mais aussi dans ceux de l’économie, du social, de la citoyenneté, des faits divers positifs, etc ??? Chiche on en fait un ?

 

Alexis Vernier

 

Illustration : Jerome Singleton, champion paralympique.

Photo Stuart Grout / Wikimedia Commons.

 

* N’oublions cependant pas les pays où cette violence existe à un niveau insoutenable.

Publié dans Annonces

Commenter cet article

Pierre 10/09/2012 08:37

Joyeux anniversaire ! Ce blog est un des rares blogs optimistes qui assume pleinement son optimisme et qui ne se donne pas bonne conscience en temporisant (voire en négativisant) ses articles sous
prétexte de réalisme (terme politiquement correct pour désigner le pessimisme). J'y ai vraiment beaucoup appris (je ne connaissais pas du tout la résilience du vivant, notion mystérieusement
"inconnue" dans le monde de l'écologie) et peut enfin (entendre) parler d'écologie sans risquer les prophéties apocalyptiques qu'on voit partout ailleurs.

Bref, ce blog est merveilleux.

Bonne continuation !