MEXIQUE - Une entreprise d'animalerie ne pourra plus vendre plus de 200 espèces de faune sauvage

Publié le par Le blog de l'écologie positive

MEXIQUE - Une entreprise d'animalerie ne pourra plus vendre plus de 200 espèces de faune sauvage

Depuis le 1er août, les autorités mexicaines ont interdit à l'entreprise Maskota (une chaîne d'animaleries, qui comprend plusieurs dizaines de commerces) de vendre plus de 200 espèces de faune sauvage classées comme menacées et pour la plupart provenant de l'Amérique centrale. La liste des espèces comprend 35 oiseaux (dont des aras et perroquets divers, des canards et même des colibris), 24 reptiles (boas, basilics, geckos, tortues de Floride et à carapace molle, etc...), 17 amphibiens (crapauds, grenouilles, salamandres...), 4 crustacés, 2 rongeurs, des invertébrés (mygales, crabes violonistes, crevettes, etc...) et 117 espèces de poissons (anguilles, piranhas...).

Depuis une vingtaine d'années, de nombreuses espèces de petits animaux sauvages sont prisées comme "nouveaux animaux de compagnie" (NACs). Même si leur commerce n'est pas nécessairement interdit par la loi, la détention de ces animaux par des particuliers est fortement déconseillée, non seulement à cause des trafics de faune sauvage, mais aussi parce que ces animaux peuvent causer des risques aux personnes (agressions, transmission de maladies...) et nuire à l'environnement en tant qu'espèces invasives (cas des Tortues de Floride en France, par exemple).

Source : VeoVerde

AV.

Illustration : un Boa constrictor (Boa constrictor) au Belize. Photo Wikimedia Commons.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article