INTERNATIONAL - Dix villes parmi les championnes de l'écologie (Le Parisien / juin 2015)

Publié le par Le blog de l'écologie positive

INTERNATIONAL - Dix villes parmi les championnes de l'écologie (Le Parisien / juin 2015)

Dans la foulée des classements que je vous ai présentés dans les derniers articles, le site du quotidien "Le Parisien" présente une sélection de 10 villes championnes de l'écologie, dont certaines sont très peu connues voire pas du tout du public français. Les voici :

  • San José (Californie / Etats-Unis) pour ses nombreux jardins partagés, marchés bio et initiatives telles que la ferme à but non lucratif "Veggielution" qui engage des volontaires à participer à la vie de la ferme et organise des activités destinées à faire connaître l'agriculture biologique. Cette ville a aussi ouvert un centre de méthanisation, capable de transformer 90.000 tonnes de déchets organiques chaque année (ce serait le plus grand au monde). San José ambitionne de devenir une ville sans déchets d'ici 2022.
  • Vancouver (Canada) : cette ville des bords du Pacifique, qui a vu naître Greenpeace, s'est lancée le défi d'être la ville la plus écologique du monde à l'échéance 2020. Afin de parvenir à ses objectifs, le maire a mis en place une équipe spéciale pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de 33%, doubler le nombre d'emplois verts ou encore faire en sorte que tous les nouveaux immeubles aient un bilan neutre en carbone. La ville a déjà mis en place de nombreuses pistes cyclables, des jardins collectifs, des bacs à tri sélectif, un système de location de véhicules électriques... et elle dispose d'une centaine de parcs publics. Le seul point noir tient au manque de transports publics fonctionnels.
  • Auckland (Nouvelle-Zélande) et ses nombreux sentiers et pistes cyclables aménagés pour inciter les habitants à ne plus utiliser la voiture, par exemple la "Westhaven Promenade" qui s'étend sur 20 km.
  • Copenhague (Danemark) : capitale verte de l'Europe l'année dernière, elle prévoit d'être "neutre en carbone" d'ici 2025, et se débarrasser de toutes les énergies fossiles pour 2035 ! Elle envisage aussi de bannir l'essence et du diesel de ses transports publics, et de mettre en place un système de recyclage du plastique pour remplacer les incinérateurs (qui restent très polluants). La ville devrait aussi construire un nouveau pont entièrement dédié aux piétons et aux cyclistes pour accéder au port ; il devrait être terminé en 2018.
  • Parme (Italie) : capitale... du jambon, elle souhaite aussi mettre fin aux embouteillages et à la pollution. Parmi les mesures proposées, il est question d'interdire la circulation en centre-ville les mercredis et les samedis (les usagers qui laisseront leur voiture dans des parcs de stationnement dédiés se verront remettre un ticket gratuit pour prendre l'autobus). La ville envisage d'augmenter de 40% l'usage du vélo et d'allonger ses pistes cyclables qui mesurent déjà 70 km ! Il existe aussi un restaurant bio et végétarien (donc sans jambon !!) qui organise des cours de cuisine et de découverte des spécialités locales.
  • Medellin (Colombie) : tristement célèbre dans les années 1980 pour le trafic de drogue, la ville a su se réinventer, et a même été élue "ville la plus novatrice de l'année" en 2013. Elle s'est notamment attachée à reconstruire son tissu social et culturel par le biais de l'agriculture biologique urbaine impliquant étudiants, enseignants et réfugiés venus des campagnes. Des téléphériques et même des tyroliennes ont été mis en place pour relier le centre-ville et les quartiers pauvres (bidonvilles). Par ailleurs, la ville accueille des écoles qui allient apprentissage de la langue espagnole et découverte de la cuisine locale.
  • Vitoria-Gasteiz (Espagne) : encore une bonne étape culinaire, la ville se surnomme elle-même "ville aux mille saveurs". Elle est entourée d'une ceinture verte composée de 6 grands parcs dans lesquels les habitants peuvent cultiver toutes sortes de produits. Elle aussi, elle était capitale verte de l'Europe en 2012.
  • Singapour : la cité-Etat d'Asie du Sud-Est s'était déjà engagée dans des politiques environnementales dès les années 1970 (en partie parce que l'espace y est très contraint et que le rythme de développement économique y était très rapide). En 2013, 60% des déchets y étaient recyclés et "seulement" 37% incinérés. Malgré l'augmentation de la population, les autorités municipales souhaitent maintenir les espaces verts existants, et même en aménager davantage. La ville est très impliquée dans la recherche portant sur les déchets, l'hygiène et le recyclage, et a lancé une démarche de collaboration avec la Chine pour créer une écocité à Tianjin (au bord de la mer Jaune, à 150 km de Pékin).
  • Nantes (France) : désignée "capitale verte de l'Europe" en 2013, elle est impliquée dans le développement des transports publics urbains (première ville française à réintroduire le tramway dès les années 1980, bus à haut niveau de service "Busway", pistes cyclables...). La réhabilitation de friches urbaines (site des "Machines de l'Île" désormais célèbres pour son éléphant articulé, à l'emplacement des anciens chantiers navals) est également exemplaire.
  • Kazan (Russie) : sans doute un des exemples les plus méconnus. La capitale de la république du Tatarstan, qui a fêté ses 1.000 ans d'existence en 2005, mise sur la rénovation et l'innovation, en rationalisant par exemple son système de collecte des déchets. Les bacs à déchets sont équipés d'un système GPS qui permet aux éboueurs de ne collecter que les bacs pleins (et donc de gagner du temps) ou bien... d'ajouter des bacs supplémentaires là où les bacs existants commencent à déborder.

AV.

Illustration : une vue de Vancouver, au Canada. Photo Wikimedia Commons.

Commenter cet article