FRANCE - "Alternatiba" ou la dynamique des villages alternatifs

Publié le par Le blog de l'écologie positive

FRANCE - "Alternatiba" ou la dynamique des villages alternatifs

Quelques jours après la publication du 5ème rapport du GIEC, l'année 2013 a vu la première édition du festival d'alternatives "Alternatiba" à Bayonne, consacrée aux multiples alternatives concrètes qui existent déjà aux crises économique, sociale ou écologique, sur des thèmes aussi variés que l'agriculture et l'alimentation, l'énergie, l'habitat ou l'éducation. C'est tout le centre-ville qui avait été transformé en "village des alternatives".

Cette année, Alternatiba a fait des petits dans un peu toute la France, avec une dizaine d'événements organisés tout l'été et l'automne dans les localités aussi diverses qu'Agen, Gonesse, Lille, Nantes ou... Tahiti !

Et pour 2015, elle ambitionne de s'élargir à l'Europe : la journée de Bayonne s'était clôturée par une déclaration traduite en une vingtaine de langues européennes pour appeler à organiser 10, 100, 1000 autres « Alternatiba » sur le continent d’ici 2015, date de la conférence des Nations Unies sur les changements climatiques qui aura lieu en France.

Source : http://www.bastamag.net/Alternatiba-la-dynamique

Lire aussi : http://ecoloptimiste.over-blog.com/2014/01/belgique-panorama-des-modes-de-consommation-alternatifs-video.html

AV.

Commenter cet article

Alexis V. 28/07/2014 19:13

Bonsoir, Eric, et merci pour votre commentaire.
Ceci dit, il frise un peu le hors sujet. Le but de ce blog est de faire connaître les initiatives de protection de l'environnement, sans se limiter à une approche franco-française et pire, aux lieux communs relayés dans les médias. C'est quand même autre chose que de présenter des arguments polémiques, non ?

Bien à vous,

Alexis

Eric 28/07/2014 17:12

En espérant que la conférence de l'an prochain sera efficace pour l'avenir. On ne peut pas continuer à avec nos petites objectifs. Les 3x20 pour 2020 sont biens, mais j'ai lu que l'objectif d'après est 30% d'ENR dans le mix énergétique pour 2030, on passe au tout renouvelable en 2100 comme ça, on ne peut pas se le permettre.