INTERNATIONAL - L'entrepreneuriat social, une autre façon d'entreprendre

Publié le par Le blog de l'écologie positive

INTERNATIONAL - L'entrepreneuriat social, une autre façon d'entreprendre

Le site de la revue économique "Les Echos" consacre un article récent à l'entrepreneuriat social, une formule encore marginale mais qui se développe un peu partout dans le monde*, en marge des définitions classiques du secteur privé et public.

Aucune définition ne peut être réellement donnée à ce secteur émergent, à la croisée de l'initiative privée et de l'intérêt collectif, et en collaboration avec les institutions publiques.

Schématiquement, l'on pourrait lui donner 3 finalités : économique, sociale et politique.

Plusieurs grands principes s'y appliquent :

  • la recherche de profit n'est pas une fin en soi ("principe de lucrativité limitée") ;
  • l'action est mise au service d'une communauté locale ;
  • l'autonomie financière est recherché par la pluralité des sources de financement ;
  • le processus de prise de décision est collectif et distinct de la propriété du capital ;
  • la gestion inclut toute personne concernée par l'activité.

Les défis actuels de l'entrepreneuriat social (encore en phase de structuration) sont les suivants :

  • développer une stratégie créatrice de valeur sociale et de relations positives avec les clients ;
  • travailler à un label déontologique (y compris au niveau européen) permettant d'éviter les dérives ;
  • développer un enseignement dédié à cette filière dans les cursus généraux d'économie, de droit et de gestion (la filière n'est à ce jour enseignée que dans des grandes écoles : ESSEC, HEC, ou bien dans des formations spécialisées des universités publiques de type licence, master pro...).

En France, les structures relevant de l'économie sociale sont représentées par le MOUVES (Mouvement des entrepreneurs sociaux, une association Loi 1901) depuis 2010.

Source : http://business.lesechos.fr/entrepreneurs/idees-de-business/l-entrepreneuriat-social-une-autre-facon-d-entreprendre-59001.php

Articles liés : http://ecoloptimiste.over-blog.com/article-france-l-economie-sociale-a-son-magazine-120415133.html

http://ecoloptimiste.over-blog.com/article-fidji-du-recyclage-pour-la-reinsertion-de-jeunes-handicapes-103145026.html

Alexis V.

*"entreprises d'économie sociale (EES) en Espagne ou au Québec, coopératives sociales en Italie, coopératives SCOP ou SCIC, associations et entreprises en France, Community Interest Compagnies (CIC)- intermédiaire entre l'entreprise privée et l'association de bénévoles (charities) en Angleterre, entreprises sociales aux Etats-Unis, financées par des fondations, initiatives populaires et solidaires en Amérique Latine" (citation de l'article) sont autant de variations de ce concept à travers le monde.

Photo Tobias WOLTER / Wikimedia Commons.

Commenter cet article

Alexis V. 26/05/2014 21:44

Tout à fait, c'est le principe de lucrativité limitée, évoqué ci-dessus ! Alexis

My Business plan 20/05/2014 16:46

Les anglais utilisent la notion de "not for private profit" pour décrire ce secteur. Car en effet, on doit pouvoir dans certains cas générer des bénéfices sans pour autant les distribuer sous forme de dividende mais au contraire les réinvestir pour maximiser son impact

Nicolas 25/04/2014 10:11

Est ce l'avenir des entreprises? Pourquoi pas aprés tout, ca inciterait peut etre les chefs d'entreprises à réfléchir davantage à l'impact de certaines de leurs décions sur la planète et plus largement sur le réchauffement climatique.

Ben 09/03/2014 21:14

I find it very interesting mais but need to be more detailed

Eric 23/01/2014 19:02

Il est important que l'écologie se mêle de l'économie, l'économie circulaire en est un bon exemple.