INTERNATIONAL - L'agriculture bio, c'est 37 millions d'hectares dans le monde

Publié le par Le blog de l'écologie positive

INTERNATIONAL - L'agriculture bio, c'est 37 millions d'hectares dans le monde

D'après les chiffres de 2011, 37 millions d'hectares sont cultivés en bio dans le Monde et chaque année, la surface cultivée en agriculture biologique y augmente de 5% (de 10% pour la France).

Les chiffres sont sous-estimés car ils ne prennent pas en compte les pays qui ne déclarent pas de statistiques (comme la Chine), les secteurs comme l'apiculture et la cueillette sauvage (pratiquées sur 43 millions d'hectares à elles seules).

Selon les différents continents :

  • en Asie, les surfaces avaient diminué entre 2009 et 2010 en raison d'une règlementation plus stricte, avant de rebondir de +33% en 2011 (l'Inde étant très active dans ce domaine) !
  • en Europe, croissance de +6% (avec l'Espagne et la France en tête) ;
  • en Amérique du Nord, croissance de +5% ;
  • en Afrique et Océanie, chiffres stables ;
  • en Amérique du Sud, baisse de -18% bien que les surfaces dédiées à certaines productions (vigne, olive, canne à sucre) aient augmenté.

Les ventes de produits bio dans le Monde ont quadruplé en 10 ans. Bien que les Nord-Américains et les Européens soient encore les plus grands consommateurs, les Asiatiques achètent de plus en plus d'aliments bio.

Les principaux producteurs sont :

  • pour les olives : l'Espagne, l'Italie, la Tunisie ;
  • pour le vin : l'Espagne, la France, l'Italie (qui totalisent 74% des vignobles biologiques mondiaux) ;
  • pour le coton : la Turquie.

Mais les productions les plus massives sont celles de céréales et d'oléagineux (tournesol, soja...). D'autres secteurs (lait, café, poisson...) progressent fortement.

Si l'agriculture bio connaît un développement mondial, il est toutefois souhaitable, pour le consommateur, de s'approvisionner avec des aliments produits près de son lieu de résidence (locavorisme), moins consommateur d'énergie et plus respectueux du développement économique local.

Quelques pays ont décidé de se convertir totalement au bio (il s'agit de petits territoires : le Bhoutan, l'île de Niue dans le Pacifique), tandis que d'autres exploitent une large partie de leur surface agricole selon ce procédé : les îles Malouines (!) avec 36%, le Lichtenstein (27%), l'Autriche (20%), etc...

Source : http://bonnesnouvellesenvironnementales.over-blog.com de Christine Virbel

Lire aussi : http://ecoloptimiste.over-blog.com/article-france-agriculture-bio-la-france-autosuffisante-a-75-120393066.html

http://ecoloptimiste.over-blog.com/article-france-les-fermes-bio-progressent-en-bretagne-86321733.html

http://ecoloptimiste.over-blog.com/article-france-le-bio-en-vogue-sur-la-cote-d-azur-99952229.html

http://ecoloptimiste.over-blog.com/article-bresil-l-agriculture-biologique-encouragee-a-sao-paulo-59193069.html

Alexis V.

Illustration : vignoble bio en Allemagne. Photo Verita / Wikimedia Commons.

Commenter cet article

Fitovita 29/04/2014 15:49

Cet article est tout à fait utile afin de bien connaître sur ces agricultures. De plus, les informations sont bien présentés!

Alexis V. 24/01/2014 19:21

@Anna : merci pour ton commentaire.

J'apporte une très grosse réserve à l'argument des "pesticides qui ont tendance à polluer le bio", qui est en grande partie fallacieux et exploité à la fois par les réfractaires au bio et par les "puristes" du bio (ce qui reflète une forme d'idéal mais qui est CONTRE-PRODUCTIF par rapport à la cause qu'ils disent défendre... enfin il n'y a parfois pas plus cynique que un idéaliste, mais je m'éloigne du sujet).

Si on ne peut exclure les cas de contamination accidentelle voire les fraudes, les aliments bio contiennent de manière générale beaucoup moins de résidus de pesticides que les aliments conventionnels (223 fois moins, d'après une enquête sur les fruits et légumes : http://www.consoglobe.com/223-fois-moins-de-pesticides-dans-les-fruits-et-legumes-bio-cg).

Et à une échelle plus "macro", le bio aide à dépolluer les eaux : à Munich et Augsburg (Allemagne) et à Lons-le-Saunier, les parcelles entourant les captages d'eau sont cultivées en bio, ce qui a permis d'améliorer la qualité de l'eau potable distribuée aux citoyens/administrés/consommateurs : http://www.actu-environnement.com/ae/news/agriculture-bio-aire-alimentation-captage-eau-potable-19513.php4

Eco-positivement vôtre,

Alexis V.

Anna 27/01/2014 10:53

Bonjour Alexis,

Je dis que c'est dommage, mais pas pour autant qu'il faut s'arrêter là. Même si il existe cette pollution, ça reste beaucoup mieux que les autres parcelles lourdement arrosées de pesticides et autres choses guère recommandables.

Anna 23/01/2014 19:06

Le soucis qu'il reste c'est les pesticides contenus dans les nappes phréatiques et présents dans l'air qui ont tendance à polluer le bio, mais ça reste une bonne chose et qui se fait de mieux en mieux et de plus en plus.